Catégories
Témoignages

Portait d’un intermittent du spectacle : David F, danseur

B.M. Bonjour David ; qui êtes-vous ?

D.F.M. Je m’appelle David F.M, j’ai 27 ans et j’habite à Paris. Je suis d’origine espagnole mais j’ai vécu toute ma vie en Suisse avant d’arriver à Paris en 2016. Je suis danseur professionnel depuis l’âge de 23 ans.

Catégories
Témoignages

Portait d’un intermittent du spectacle : Cédric C., chef opérateur

BM. Bonjour Cédric. Qui êtes-vous ? Pourriez-vous vous présenter ?

C.C. Je m’appelle Cédric C., j’ai 47 ans. Je suis marié, père d’un garçon de 2 ans et nous vivons en Seine Saint Denis. Je suis chef opérateur de prise de vues pour la télévision depuis une vingtaine d’années. Avant cela, je réalisais des films institutionnels. Je suis autodidacte.

Catégories
Témoignages

Portait d’une intermittente du spectacle : Elsa V., chanteuse

B. M : Bonjour Elsa, qui êtes-vous ? Pouvez-vous vous présenter ?

E.V : Je m’appelle Elsa et voilà bientôt 30 ans que j’ai le privilège de chanter. Après avoir hésité entre le théâtre et la musique c’est assez naturellement que mes pas m’ont menée vers le chant puis le chant Lyrique. Je suis née à Paris où j’ai fait mes études et c’est à la suite d’un engagement à l’Opéra de Lyon que je me suis installée dans cette belle ville où je suis depuis une vingtaine d’années.

B. M : Pouvez-vous nous expliquer comment a démarré votre parcours artistique ?

E.V : J’ai toujours fait de la musique. D’abord en chantant avec les joyeux drilles et musiciens émérites de la fanfare où jouait ma mère dans tous les marchés et fêtes, feria, avec accordéon ou sans…puis à 6 ans avec le piano classique et jazz ; mais le piano n’était décidément pas mon instrument. A 11 ans j’ai donc commencé le violon et suis entrée au conservatoire d’Aix en Provence. J’étais au moins aussi attirée par la musique que par le théâtre qui me semblait être un art incroyable d’expression. Vers l’âge de 15 ou 16 ans, lors d’un stage de violon, j’ai participé à une petite chorale qui était là pour nous détendre des heures de pratique. J’avais des facilités pour le chant et j’adorais chanter. La personne qui animait la chorale m’a fait remarquer que j’avais « vraiment une jolie voix » et m’a conseillé de prendre des cours et comme il était bel homme… mais je m’égare…j’ai donc commencé les cours de chant, avec lui puis dans un conservatoire en même temps que la faculté, jusqu’à entrer au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris en Chant. Et là, j’ai commencé à réaliser que je pourrais en faire mon métier.

B.M : Quel était votre objectif à cette époque, avec le CNSM ?

E.V : Quand on est musicien, entrer au CNSMDP est un vrai passeport : il vous assure un enseignement d’une grande qualité et un environnement très porteur. J’ai appris énormément. L’opéra me permettait d’envisager un avenir où je pourrais faire à la fois du théâtre et de la musique. J’ai donc passé 4 ans au CNSMDP où j’ai eu comme professeur de chant Jane Berbié et Rachel Yakar qui sont de merveilleuses professeures de chant. En 1997, j’ai obtenu un premier prix de chant avec mention très bien. Une audition juste avant le prix était organisée devant des agents et directeurs d’opéra. Le directeur de l’Opéra de Lyon, Monsieur Brossmann, était là, il m’a entendu chanter et m’a recrutée pour participer à l’Atelier Lyrique de Lyon (l’équivalent d’une troupe de jeunes chanteurs à l’Opéra). Juste après mon prix, j’allais pouvoir vraiment apprendre mon métier sur scène ! J’ai passé 4 très belles années dans cette troupe.

B.M : Pourriez-vous nous décrire votre quotidien d’intermittente du spectacle ?

E.V : Après ces années, j’ai volé de mes propres ailes… J’ai débuté une carrière de soliste et j’ai travaillé alors avec la Péniche Opéra principalement, les arts Florissants et d’autres ensembles… Petit à petit j’ai auditionné pour des chœurs : le Châtelet, Lyon, l’Opéra de Paris, Saint-Etienne, Marseille et je travaille maintenant principalement dans les chœurs avec grand plaisir. Mon quotidien est rythmé par les productions et les cours de chant.

J’ai été intermittente du spectacle pendant toutes ces années, avec des angoisses existentielles à chaque renouvellement. Et puis j’ai découvert ETRE INTERMITTENT. Sachez que je suis une fidèle depuis les tous débuts… Et on ne s’est plus quittés !

B.M : Qu’est-ce qu’ETRE INTERMITTENT vous apporte au quotidien ?

Elsa V. : Je n’ai jamais aimé la paperasse, j’ai une phobie de l’administration… ETRE INTERMITTENT m’accompagne et m’apporte la sérénité. Je sais qu’en les appelant, j’aurai des réponses claires. J’ai confiance, je gagne du temps. Ça me tranquillise énormément.

B.M : Comment ETRE INTERMITTENT vous aide ?

Elsa V. : Concrètement, si j’oublie une formalité administrative, ils me le rappellent… J’ai l’impression qu’il y a toujours une solution, et cela est rassurant, d’autant plus que leurs réponses sont fiables ! Cette impression d’être prise en charge n’a pas de prix pour moi…je reste disponible dans ma tête pour être créative.

B.M : 1000 mercis Elsa, votre parcours d’artiste et d’intermittente du spectacle est très riche. Merci de le partager avec les lecteurs de ce blog.

📞 Nos conseillers sont là pour vous aider :

01 34 84 84 34

Appel gratuit.

Catégories
Témoignages

Portait d’une intermittente du spectacle : Florence, violoncelliste

B.M (Etre Intermittent) : Bonjour Florence, qui êtes-vous ? Pouvez-vous vous présenter ?

Florence H. : Je m’appelle Florence, je suis une violoncelliste… éclectique ! Née d’une famille de musiciens, ma « carrière » a pourtant connu des débuts un brin chaotiques…Toute petite, alors que baignée dans la musique, ce qui me fascinait, c’était… Les chevaux.